Edito 2019 de Vincent Dumestre

…On l’aurait presque oubliée, dans la galaxie des genres qui illuminent le répertoire, entre l’ode et la sonate, l’opéra et la suite. Quelle est cette petite étoile qui, brillant déjà avant l’ère baroque, irradie la nôtre sans rivale ? La chanson ! Polyphonique, sacrée, savante, populaire, profane, délice des cours et des faubourgs, messagère de l’histoire, elle mêle sa voix discrète aux chefs-d’œuvre consacrés – qui souvent s’en inspirent. Notre printemps jurassien, en cette édition 2019, l’invite au devant de la scène, parmi ses amis Lully, Monteverdi et Purcell.

Grandes voix et virtuoses répondent à son appel : Emmanuelle de Negri berce de ses accents le mystère de Noël ; Pierre Hantaï explore au clavecin ses multiples variations. Le Poème Harmonique réveille les romances et complaintes d’une France intemporelle avant de nous emmener au Louvre, des cuisines aux appartements, au gré des refrains et des airs d’opéra… Car à Baume les Messieurs, c’est en chansons que nous fêtons, en compagnie de France Musique qui accompagne pour la première fois le Festival, les vingt ans du Poème Harmonique : du matin au soir, dans l’intimité de tout ses lieux, un week-end au rythme un peu fou ! Fidèles également au Festival, Les Goguettes y reviennent pour deux décennies de satire chantée, truculence garantie. Le grand Pino de Vittorio y prête à son ardeur ensorcelante aux canzoni de l’Italie méridionale, tandis qu’Arnaud Marzorati et ses Lunaisiens, toujours au rendez-vous, rendent hommage à l’art de Jean-Jacques Rousseau tout autant qu’à celui… de Brassens !

Au bonheur de retrouver les habitués se joint celui d’accueillir la découverte : à Saint-Claude, avec la Capella Sanctae Crucis, sur les chemins du Portugal baroque, ou en compagnie d’Alla Francesca, sur ceux d’un Moyen Âge secret, dans la Chapelle de l’Abbatiale de Baume. Sans bouder les classiques, qu’ils se nomment Purcell – enchanté par Florence Bolton –, Monteverdi – dont Voces Suaves revisite les madrigaux – ou Gesualdo – pour un final confié aux légendaires Arts Florissants, qu’on entendra, pour la première fois, dans la somptueuse église d’Orgelet.

Enfin, la convivialité reste le maître mot de notre rendez-vous. Plus que jamais, le Jura vit au rythme des rencontres : entre répertoire ancien et populaire, entre artistes et festivaliers que réunissent les pauses, où les plaisirs de la bouche relaient ceux de l’oreille. Nicolas Achten et Philippe Grisvard honorent le patrimoine régional, faisant dialoguer, autour de Scarlatti, l’orgue de Clairvaux avec le clavecin et la harpe. Clément Geoffroy vous convie à un atelier-concert, et la Compagnie À Demi-Mot accueille les plus jeunes dans La Rue sans tambour, à Lons le Saunier. D’un bout à l’autre du Jura, joignons nos voix !

 

Vincent Dumestre – Directeur artistique