La Clique des Lunaisiens – Arnaud Marzorati

La Clique des Lunaisiens

Faire chanter la mémoire : avec sa clique des Lunaisiens, Arnaud Marzorati propose au public de (re)découvrir la chanson française, de ses origines au XXe siècle.

En explorant ce répertoire, trop souvent oublié dans les bibliothèques, ce baryton passionné de littérature remet au goût du jour les premières chansons à textes de l’histoire. Des œuvres qui sont autant de témoignages précieux du passé, de l’aventure humaine et de la musicalité foisonnante propre à chaque époque.

Tragique ou ludique, savante ou inventive, la chanson française permet à la fois d’instruire, d’émouvoir et d’éveiller. Puisant dans une littérature qui va de l’univers enfantin à celui de l’adulte, elle touche tous les publics et révèle ainsi son potentiel de passeuse, de gardienne d’une noble poésie populaire qui chante à nos oreilles et à nos âmes. À travers ce patrimoine vocal et populaire et en choisissant de sortir des concerts traditionnels, c’est bien l’histoire et la littérature que Les Lunaisiens transmet dans ses spectacles depuis bientôt dix ans.

Du récital à l’opéra de poche, l’ensemble, à géométrie variable, sillonne le territoire à la rencontre du public. Il lui propose une porte d’entrée inédite dans la musique, au contact de l’histoire, de la littérature, et du patrimoine français.

Plus d’infos sur la Clique des Lunaisiens & Arnaud Marzorati

SAMEDI 09 JUIN
20h00 ~ Théâtre de Lons le Saunier

« France 1789 »

Ensemble
La Clique des Lunaisiens

direction artistique Arnaud Marzorati
Marc Mauillon, baryton


Note sur le programme :

La Révolution française racontée par la voix du peuple, au fil des chansons. À travers elles, La Clique des Lunaisiens fait écho aux passions du temps, à l’histoire derrière les « grands » événements, depuis les romances de l’Ancien Régime jusqu’à l’ironie de La Carmagnole et de Ah ! ça ira. Entre humour caustique et nobles complaintes, un regard sur l’époque qui rappelle la prophétie de Dickens : « Je vois […] un peuple glorieux surgir de cet abîme ».