La Fenice – Musica per La Monica

DIMANCHE 20 SEPTEMBRE 

19h ~ Saint-Lupicin, Église Notre-Dame

La Fenice, direction Jean Tubery

Jean Tubéry, flûtes, cornets et direction
Matthieu Camilleri, violon et alto baroques
Keiko Gomi, violoncelle baroque
Marc Meisel, clavecin et orgue positif
Benoît Fallai , théorbe et guitare baroque

Soliste invitée : Camille Joutard, soprano

Programme
Musica per La Monica,
ou le voyage de la jeune fillette à travers l’Europe baroque

Embarquons pour un grand voyage dans l’Europe du XVIIème siècle ! Incursion aux premières heures du baroque où, d’un royaume à l’autre, les mélodies se répondent, et les répertoires se croisent… Notre guide ? Cette « jeune fillette », dont on chantait en Italie l’air populaire avant qu’il ne devienne psaume puis traverse les frontières !
C’est cet art de la contrefacture entre sacré et profane au cœur de l’Europe, qu’explore dans ce programme La Fenice de Jean Tubéry, nous offrant ainsi de redécouvrir un patrimoine immatériel d’une immense richesse.

Symbole du rayonnement de la musique italienne dans l’Europe baroque, La Fenice fut le nom d’une œuvre due à Giovanni Martino Cesare, cornettiste et compositeur qui s’expatria au-delà des Alpes au début du XVIIe siècle. Le phénix – en italien la fenice – est à l’origine cet oiseau fabuleux de la mythologie qui, après avoir vécu plusieurs siècles, se consume avant de renaître de ses cendres. C’est aujourd’hui le nom emprunté par un groupe de musiciens réunis par le chef-cornettiste Jean Tubéry, animés du désir de faire revivre un répertoire en le révélant dans son extraordinaire vitalité, et de partager leur passion pour la fastueuse musique vénitienne de l’époque. Le patrimoine musical de l’ensemble s’étend néanmoins à toute l’Europe, et sur plus de deux siècles de musique : le cornet à bouquin fut en effet couramment adopté dès le début du XVIe siècle, et ce jusqu’à Johann Sebastian Bach, qui l’utilise dans plusieurs de ses cantates.
L’ensemble a remporté dès ses débuts deux premiers prix internationaux (Bruges et Malmö), et a joué depuis dans les plus grands festivals à travers l’Europe, les Amériques, le Japon et la Chine.
Les enregistrements de La Fenice se sont vus régulièrement primés des plus hautes distinctions (Diapason d’Or, Choc du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, 5* Golberg, Classica, Palmarès de la Nouvelle Académie du disque).
Issus de l’Europe entière, les instrumentistes de la Fenice et leurs partenaires vocaux – les Favoriti de La Fenice – sont tous des solistes internationalement reconnus, qui collaborent également avec les meilleurs ensembles du moment, et enseignent dans les conservatoires nationaux en France et à l’étranger. Par le sérieux de son approche musicologique et la personnalité des musiciens qui la composent, La Fenice s’est imposée depuis comme un des ensembles incontournables dans l’interprétation du Seicento.

L’Ensemble La Fenice bénéficie du soutien du Ministère de la Culture, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté, du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, du Conseil Départemental de l’Yonne, de la Ville de Sens & de son mécène, la fromagerie Lincet.

En savoir plus sur La Fenice

Originaire de Nice, Camille Joutard a étudié le hautbois et le chant musique ancienne au CNSMD de Lyon entre 2009 et 2017. Elle a obtenu dans ces deux disciplines un diplôme de Master. De 2012 à 2015, elle a été hautbois solo de l’Orchestre des Pays de Savoie sous la direction de Nicolas Chalvin.
Elle se consacre aujourd’hui au chant qu’elle pratique au sein de divers ensembles : Alkymia (dir. Mariana Delgadillo-Espinoza), Les Métaboles (dir. Léo Warynski), la Sestina (dir. Adriano Giardina), Zene (dir. Bruno Kele-Baujard) et Capella Sanctae Crucis (dir. Tiago Simas Freire). En 2019, elle a auditionné avec succès pour le Collegium Vocal Gent (dir. Philippe Herreweghe) et l’ensemble Pygmalion (dir. Raphaël Pichon).
Elle se produit également en tant que soliste avec l’ensemble La Fenice (dir. Jean Tubery), Musiques en Jeux (dir. Alain Joutard) et Melonious Quartet (dir. Patrick Vaillant). Elle est soprano solo dans le spectacle de danse contemporaine « La théorie des prodiges » (cie. Système Castafiore, dir. Marcia Barcellos et Karl Biscuit). En 2020, elle a interprété les « Folk Songs » de Luciano Berio au Conservatoire de Rennes. Elle prête régulièrement sa voix à des enregistrements de musiques de films d’animation et de publicités du compositeur Bruno Coulais.
En 2019, elle crée à Paris le quatuor vocal a capella Les Voix Renaissantes pour chanter dans les hôpitaux. Elle se passionne pour la direction de choeur qu’elle étudie au CRR de Pantin auprès d’Antoine Bretonnière. Elle a été assistante d’Alain Joutard lors du stage de chant choral « Massat, Musique et Montagne » en juillet 2019. L’année suivante, elle a enseigné la technique vocale au sein du stage de chant choral pour voix de femmes de l’Arche Musicale, organisé par le Quatuor Vocal Méliades.