L’édito 2020 de Vincent Dumestre

Édito du directeur artistique

Depuis trente-cinq ans, le Festival de Musique Baroque du Jura n’avait jamais manqué au rendez-vous… Il aura fallu une pandémie pour nous contraindre à annuler nos concerts de juin dernier. Passés le choc et la tristesse, nous ne pouvions nous faire à l’idée d’une année blanche, et réduire au silence le désir de musique et de partage avec vous. Une fois organisé le décalage à l’année prochaine des projets musicaux prévus, l’idée a germé d’un festival automnal, arrimé à deux week-ends – du 19 au 20 septembre puis du 30 octobre au 1er novembre –, pour se substituer naturellement à l’édition 2020, tendre une main des artistes vers le public et donner une réponse solidaire aux artistes esseulés. Nous voulions vous proposer un festival improvisé dans la spontanéité et l’optimisme pour ne pas vous laisser sans musique, un festival inventif dans ses formats, généreux dans ses concerts. Communes et lieux d’accueil, bénévoles, artistes : chacun y a mis sa meilleure volonté, son énergie et son optimisme, tandis que le Département du Jura et la Région nous ont assurés de leur fidèle soutien sur ce projet atypique – qu’ils en soient ici particulièrement remerciés ! –, pour que, en dépit des mesures sanitaires  qui seront bien entendu respectées, la musique vivante le reste.

En quelques semaines, nous avons donc imaginé cette édition inhabituelle et pleine de surprises. Il fallait certes retrouver des artistes familiers du festival, comme Jean Tubéry et son ensemble La Fenice qui fête cette année ses trente ans. Il fallait également faire entendre de nouveaux interprètes, tels Les Accents et l’ensemble Masques. Les connaître pour mieux se réjouir de les retrouver l’an prochain. Il fallait revenir aux fondamentaux et divins accords entre vins et musique, comme le 30 octobre à Lons-le-Saunier avec Lucas Peres et son compère œnologue. Mais il fallait aussi inventer de nouvelles formes de concerts, comme ceux que donneront Les Traversées Baroques le 19 septembre aux balcons de la Fraternelle, ou encore écouter des artistes de renom – le ténor Emiliano Gonzalez Toro ou la mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac – dans des répertoires dans lesquels vous ne les avez, c’est certain, encore jamais entendus… Il fallait enfin innover dans le travail pédagogique, avec des master-classes qui seront conduites au fil de l’automne par la soprano Claire Lefilliâtre à destination de chœurs amateurs et d’étudiants de classes de chant du Jura.

En attendant de retrouver tous ces artistes l’an prochain, venez vivre avec nous cette édition automnale du Festival de Musique Baroque du Jura, qui nous a inspiré un renouveau de nos valeurs de découverte, de croisements de répertoires qui et d’élargissement des horizons !

Vincent Dumestre – Directeur artistique